Forum Volley

Forum Volley

Veuillez ou S’enregistrer pour créer des messages et des sujets de discussion.

Le président de la Ligue Nationale de Volley, Alain Griguer répond à la demande de sa démission

Le Président de la Ligue Nationale de Volley et aussi Président de Nice Volley-Ball, Alain Griguer répond à la récente demande de sa démission de la Ligue, faite par le Président de Chaumont, Bruno Soirfeck, en appelant à l'apaisement devant la crise exceptionnelle que connait le Monde avec l'actualité du Covid-19.

A lire aussi :
Après les Présidents de club professionnel, quelques joueurs se lassent du Président de la LNV
La Ligue Nationale de Volley refuse la préconisation de 13 clubs de LAM
Le Président de Tours Volley-Ball s’énerve contre la Ligue Nationale de Volley
Les Clubs de Ligue B Masculine demandent à l’unanimité la fin de leur Championnat
13 clubs de Ligue A Masculine demandent une saison blanche
C’est au tour de la LNV de geler les compétitions

Mon seul et unique objectif reste que nous œuvrions tous ensemble collectivement pour l'intérêt général du volley, poursuit le dirigeant niçois. Il s'agit de continuer de travailler d'arrache-pied, tous ensemble, comme nous le faisons depuis le début de cette crise, avec la Fédération, les Ligues étrangères et les Ligues d'autres sports collectifs. Il est nécessaire de coordonner au maximum nos décisions. La situation que nous traversons est exceptionnelle et inédite. Les dissensions doivent être mises en sourdine. Nous devons rester solidaires et soudés pour affronter du mieux possible ce que nous vivons aujourd'hui et ce qui nous attend demain. L'urgence de la situation l'exige.

Alain Griguer, Président de la LNV et Président de Nice Volley-Ball

Pour rappel de la situation, Bruno Soirfeck et d'autres personnalités du monde du volley professionnel se sont énervés suite au refus de l'annulation des Championnats gérés par la LNV qui a préféré geler la situation.

Aller à l’encontre d’une majorité est pour moi une chose inconcevable, c’est insupportable, lâche le dirigeant du club haut-marnais. La Ligue B, ainsi que les syndicats de joueurs et d’entraîneurs étaient sur la même ligne que nous. Cette gouvernance-là, je n’en veux plus, je n’en peux plus.

Bruno Soirfeck, Président de Chaumont Volley-Ball 52 Haute-Marne