Navigation du forum
Fil d’Ariane du forum – Vous êtes ici :Forum Volley Block-OutBlock-France: Volley en FranceLAF 2022-2023
Veuillez ou S’enregistrer pour créer des messages et des sujets de discussion.

LAF 2022-2023

PrécédentPage 4 de 4

Merci @sudo. Ça fait plaisir de voir que le club du Volero communique sur sa préparation. C’était plutôt rare auparavant.

En complément, voici le programme complet des matchs amicaux du club de St Raphael : 

  •  Aix-Venelles - St-Raphaël le 23 septembre (15h15) halle Nelson-Mandela
  • St-Raphaël - Cannes le 28 septembre (17h) à la salle Pierre-Clère
  • Le Cannet - St-Raphaël le vendredi 30 septembre (16h30) gymnase Maillan
  • St-Raphaël - Le Cannet le 5 octobre (18h15) à la salle Pierre-Clère
  • Cannes - St-Raphaël le 8 octobre (15h45) au palais des Victoires
  • St-Raphaël - Le Cannet le 11 octobre (17h45) à la salle Pierre-Clère
  • St-Raphaël - Venelles le 14 octobre (17h) à la salle Pierre-Clère.

article du jour sur Var -Matin 

Volley-ball: 5 choses à savoir sur la préparation de Riccardo Marchesi à Saint-Raphaël

Pour l’entraîneur italien, la technique est une base essentiel du travail quotidien. Photo Philippe Arnassan

Avec sa dalle turquoise et ses panneaux publicitaires, le terrain de volley est déjà en mode Ligue A à Pierre-Clère. Sous le filet, l’entraîneur prend la pose avec son staff, un cliché de la rentrée du Saint-Raphaël Var volley-ball dans sa petite salle valescuroise, sous les affiches de la saison dernière restées placardées.

Oui, les nouveaux visages se bousculent depuis trois semaines. Les deux tiers de l’effectif 2022-23 (huit joueuses en tout, quatre sont encore en sélections internationales) ont repris l’entraînement.

Parmi elles, une seule joueuse connaît la maison, Alisée Cambérabéro. Et encore, la libero exemplaire la saison passée va (re)découvrir un "nouveau monde", avec l’entraîneur réputé Riccardo Marchesi, débarqué au printemps dernier comme une surprise en même temps que l’officialisation du départ d’Alexis Farjaudon.

Derrière sa bonhomie et sa faconde, l’Italien, en bouclant le recrutement très tôt, a donné une indication claire: il sait où il y va et où il veut aller avant le début du championnat, le 22 octobre prochain à Cannes.

Pour ce faire, le Bolognais applique une méthode qu’il nous a présentée sur un coin de table, dans une simplicité et une passion qui disent tout de son exigence.

1. Un état de forme millimétré

Comme toujours, l’été de Marchesi a été studieux. Au programme, séances de scouting intenses et courts déplacements sur les Ligues des nations européennes et mondiales.

Ses joueuses, il les a tout de suite mises au parfum, dès le deuxième jour, sur ce qui devrait être la routine d’une saison: "Elles sont arrivées le lundi 29 août, dès le mardi on a attaqué par la musculation le matin, et l’entraînement l’après-midi", indique-t-il.

"Elles ont été suivies par Niccolo Caldari durant toute la présaison. Honnêtement, elles sont arrivées dans un état de forme très intéressant, j’étais même un peu surpris… Dans le bon sens, je veux dire!, glisse-t-il. Je connais bien mon préparateur, quand je le vois content, avec ce grand sourire, je le suis aussi."

2. Un certain sens du sacrifice

Marchesi est rentré discrètement d’Italie, samedi 27 août, avant de s’offrir une petite table avec les bénévoles le soir même. Un symbole. La méthode Marchesi, comme celle du club, est d’une limpide simplicité: les choses se font à l’ancienne.

Tournée vers le terrain, cette préparation de huit semaines sera donc très "light" en termes de vie de groupe, sans stage de cohésion à proprement parler.

"La cohésion, c’est dans l’entraînement. Moi, je suis un peu comme ça, c’est mieux de travailler dans la salle…", lance-t-il, en insistant sur le bon état d’esprit du groupe. "On a fait une séance de trois heures et quart d’entraînement un jour, personne n’a râlé. De toute façon, ce n’est pas mon problème (rires)."

"Le championnat démarre plus tard, avec une reprise le 22 octobre, et, sans les internationales, on ne dispose pas de l’ensemble du collectif ", précise la co-présidente Christine Girod, dont les finances ne sont pas extensibles. "Mais on a quand même fait des animations. "

3. Une intégration totale

Sur le terrain comme dans la vie, l’entraîneur est volubile, passant avec aisance de l’italien au français. Il n’en demandera pas autant aux joueuses, mais c’est un domaine sur lequel il ne laissera pas filer: comme chaque année, la communication est un des chantiers prioritaires des nouvelles Raphaëloises, dont le recrutement a été très international (sept étrangères sur onze) comme la majorité des écuries de Ligue A féminine.

"C’est important de savoir dire bonjour, bonsoir, toutes les petites choses de la vie pour être polies, enchaîne le Transalpin dans un français courant. Il est indispensable de savoir communiquer et interagir avec les autres sur son lieu de travail, c’est même, en même temps qu’une formidable expérience personnelle, une question d’éducation. Et, pour moi, l’éducation, c’est important."

En effet, les futures adaptations de la Japonaise Arisa Inoue "qui va découvrir l’Europe ", et de la jeune Slovène Mija Siftar (tout juste 16 ans), qui rejoindront le Var à la fin du mois, sont l’une des principales clés de la saison raphaëloise.

"Nous ne sommes pas encore une équipe, nous nous connaissons à peine, mais je vois que les joueuses sont toujours ensemble et que les étrangères apprennent déjà la langue grâce aux Françaises qui sont très disponibles. On a déjà mis en place des cours d’ailleurs, c’est très important pour moi de s’intégrer à la vie du pays. "

4. Un adepte de la préparation mentale

Marchesi va utiliser les mêmes recettes qui lui ont permis de gagner partout où il est passé, notamment en Italie à Pesaro, au Cannet et à Cannes: l’incessante envie de progresser techniquement.

De plus, il est un entraîneur qui aime "challenger" ses joueuses au maximum. "Le mental, c’est important. Quand je pousse sur l’équipe et que je hausse le ton pour améliorer la performance, ça permet aux joueuses de se rapprocher et de supporter la pression."

En son temps métamorphosée par Marchesi, la pointue internationale Lucille Gicquel avait d’ailleurs admis avoir "énormément progressé en termes de confiance en (soi)" après l’arrivée du Bolognais à Cannes.

5. Jamais sans mon staff

Avec quatre adjoints, Marchesi s’est constitué un staff conséquent pour se concentrer sur son point fort: la technique. Les cadres, comme Cambérabéro, Terrell ou Nowak-D’Halluin, auront pour mission de soutenir ce travail de l’ombre jusqu’à l’éclosion.

"Comme on ne pouvait pas recruter de très grandes joueuses, on a cherché des jeunes avec grand talent, explique le Transalpin. L’idée, c’est de bien travailler, on a beaucoup investi sur le staff, avec un préparateur physique à un temps plein, un adjoint (Marcel Ndaki) actuellement en stage avec l’équipe nationale du Cameroun, un responsable des statistiques venu du Cannet et un responsable du secteur volley. Je pense qu’avec ça, on peut faire les choses très bien. Et je tiens d’ailleurs à remercier le club pour ça."

Pourquoi accumuler les kilomètres quand on peut affronter des cadors comme Cannes, Le Cannet ou le Pays d’Aix-Venelles à moindres frais? Pour l’heure, Saint-Raphaël a programmé sept rencontres amicales (dont quatre à domicile) en trois semaines, du 23 septembre au 14 octobre. Un mini-marathon qui a l’avantage d’être ajustable à l’évolution des formes physiques.

Bon… je pense qu’il va falloir créer un sujet spécifique pour ces matchs de pré-saison et revoir les calendriers… ils vont vite se remplir je pense !

Qu’en pensez-vous ? On continue ici ou on crée un sujet à part ?

PrécédentPage 4 de 4
Flux RSS